Evangile de Luc, chapitre 9

Dieu veut que tu sois comme l’aigle !

Quand s’approche l’orage, deux sortes d’oiseaux réagissent de deux manières différentes : la dinde et l’aigle.

La dinde fait tout pour se cacher dans le poulailler ou à l’abri sous un arbre. Elle se met en sécurité pour laisser passer le danger.

L’aigle réagit complètement différemment lorsqu’arrive l’orage. Il quitte son nid puis s’envole en cherchant les courants d’airs qui l’élèveront là où ses ailes et ses muscles ne lui ont encore jamais permis de monter.

Qui suis-je ? L’aigle ou la dinde ?

Face à l’orage de la vie, naturellement personne n’est épargné. Nous souhaitons tous l’éviter – moi la première – et nous mettre le plus en sécurité loin des incertitudes face aux grandes questions de la vie et de ce qui fait peur, mal ou de ce qui blesse. Difficile de regarder plus loin que le bout de son nez et de ne pas rester coincé dans nos pensées et préoccupations tellement humaines !

Comment est-il possible de quitter son bon confort matériel pour suivre Jésus ?
Comment est-il possible de nourrir une si grande foule (5000 personnes – Luc 9v14) avec seulement 5 pains et 2 poissons ?

Est-il nécessaire de savoir qui est le plus grand, le plus reconnu socialement et le plus important d’entre nous ? (Luc 9v46)

Comment vivre en faisant face à la maladie, au chômage et en restant attaché aux choses du passé ?

Ce qui devrait changer dans mon approche de la vie après lecture de ce passage ?
Tout simplement le lâcher prise !

 

Face à l’orage, la zone de turbulences que je peux traverser en ce moment, je dois apprendre à faire totalement confiance en Dieu et partir comme à l’image des disciples : sans sac de voyage, sans provisions, sans argent. (Luc9v3). Dans leurs voyages missionnaires, on ne peut que constater que Dieu a toujours pourvu aux besoins de ses disciples. Dieu pourvoit même au-delà de ce que l’on peut imaginer : du côté de la ville de Betsaïda, en se basant sur 5 pains et 2 poissons : la foule a été totalement rassasiée mais il resta également 12 paniers de restes (Luc 9v17).
Je dois ainsi arrêter de me cramponner aux éléments que je contrôle (où plutôt que je pense contrôler), à mes propres forces et de quitter ma zone de confort.
Oui, on peut décider d’agir comme l’aigle et ouvrir les ailes de notre foi, pour chercher ce courant de dépendance en Dieu. Si nous décidons de le faire, Il se fera connaître à nous comme nous ne l’avons jamais expérimenté. En plaçant notre confiance en Dieu, Sa Puissance nous aidera à faire face aux situations difficiles. L’orage deviendra une opportunité de découvrir combien Dieu est Fidèle et qui Il est vraiment.

Suis-je prêt(e) à Lui faire confiance ?

 

Déborah

 

Publicités

Evangile de Luc, chapitre 8

Voici ce que signifie cette parabole: La semence, c’est la parole de Dieu. Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent; puis le diable vient, et enlève de leur cœur la parole, de peur qu’ils ne croient et soient sauvés. Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu’ils entendent la parole, la reçoivent avec joie; mais ils n’ont point de racine, ils croient pour un temps, et ils succombent au moment de la tentation. Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité. Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole avec un cœur honnête et bon, la retiennent, et portent du fruit avec persévérance.
Luc 8:11-15

La parabole du semeur m’a parlé dans ma lecture. Il y a les 4 terrains où les graines tombent: le long du chemin où les oiseaux les mangent tout de suite, le sol pierreux,  au milieu des ronces et dans la bonne terre.

 

J’ai souvent entendu et compris que moi étant convertie je me trouvais dans le dernier champ, La parole de Dieu avait germé dans mon cœur pour porter du fruit. Mais j’y ai réfléchi un peu plus (aussi il y a quelques temps en lisant marc 4) et en fait je peux aussi m’identifier aux autres terrains en les prenant comme des avertissements.

 

Est-ce que je vais abandonner la foi en Jésus quand survient l’épreuve, la difficulté, la persécution ?

 

Est-ce que mes préoccupations, mes richesses, mon désir d’avoir plus d’argent, mes passions, les plaisirs de ma vie m’empêchent de grandir dans la foi et de porter du fruit ?

 

Que je puisse puiser dans la Parole de Dieu et avoir une relation permanente avec Dieu pour fortifier mes racines, comprendre qui il est, quelle est sa vision du monde et de la vie tellement différente de la vision humaine.

Marie

Evangile de Luc, chapitre 7

Qu’est qui m’a interpellé? « Mais les Pharisiens et les maîtres de la loi critiquaient cela; ils dirent aux disciples …

 

Luc 7 : »1 Après avoir prononcé toutes ces paroles devant le peuple qui l’écoutait, Jésus entra dans Capernaüm……..
10 De retour à la maison, les personnes envoyées par l’officier trouvèrent l’esclave [qui avait été malade] en bonne santé. »

 

Voici une manière originale de s’approcher de Jésus ….
Cet homme est un étranger au peuple juif, il est soldat et de plus chef, statut important. Il porte beaucoup de responsabilité et a une centaine d’hommes sous son commandement

C’est un homme pourvu de beaucoup d’amour puisqu’il se préoccupe d’un de ses serviteurs et qu’il a même construit une synagogue

 

Cet homme a choisi de prendre des intermédiaires pour parler à Jésus :
– les premiers sont des anciens qui ont  » l’habitude  » de Dieu …qui le représente comme quelqu’un plein de qualité et méritant.
Mais je n’ai pas vu de réponse de Jésus juste après leur venue
– les deuxièmes sont des amis qui ne font que répéter les propos de cet homme qui se dit  » trop petit » pour venir devant le Seigneur
Malgré ça il est convaincu par la toute puissance et l’autorité du Seigneur
Il a une telle foi qu’il sait que Jésus peut guérir « à distance »

 

Jésus est venu pour TOUS les hommes
J’ai parfois encore du mal à comprendre pourquoi j’ai reçu un tel cadeau….sa bonté, son autorité, sa toute- puissance, son amour me sont offerts.
Je n’ai pas toujours l’humilité de ce centenier pour lui dire  » je ne suis pas digne… » et pourtant je ne mérite rien et Il m’aime !

 

Je souhaiterais aujourd’hui me remettre en question sur certains moments où je me sens mieux que ceux qui n’ont pas encore Jésus dans leur vie ….non je ne suis pas mieux , c’est Lui en moi qui me rend meilleure !
C’est ce que j’aimerais dire à ceux qui n’ose pas Lui parler : approchons nous de Lui avec humilité et Il fera tout le reste…..

 

 

Bonne journée à tous
Mélanie
Lorsque je suis loin de Lui c’est lui qui me reprend à « distance »

 

Evangile de Luc, chapitre 6

1ère Question: « Reçois favorablement les paroles de ma bouche et les sentiments de mon coeur, O Eternel… » Ps. 19:14

 

Luc écrit en chapitre 6 en condensé ce que Matthieu a écrit du « Sermon sur la Montagne ».  Voici (en français courant) quelques extraits qui me marquent:

 

« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent et priez pour ceux qui vous maltraitent. Donne à quiconque te demande quelque chose. Ne le lui réclame pas…Faites pour les autres exactement ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous. » v. 27-31

 

Puis Jésus le dit de nouveau, « …aimez vos ennemis, faites-leur du bien et prêtez sans rien espérer recevoir en retour.  Vous obtiendrez une grande récompense et vous serez les fils du Dieux très-haut…soyez pleins de bonté comme votre Père est plein de bonté. » v.35-36  La répétition me marque.

 

En plus, « Ne portez de jugement contre personne…ne condamnez pas… pardonnezdonnez…Dieu mesurera ses dons envers vous avec la mesure même que vous employez pour les autres. » v.37-38

 

« L’homme bon tire du bien du bon trésor que contient son coeur…car la bouche de chacun exprime ce dont son coeur est plein. » v. 43-45

 

« Pourquoi m’appelez-vous « Seigneur »?…celui qui écoute mes paroles et les met en pratique…et celui qui écoute mes paroles et ne les met pas en pratique… » v. 46-49

 

2eme Question: Que ferais-je ? Cette question prend toute sa signification après ce chapitre.  Je prête la grange à Laurent qui vient de la demander pour la réparation d’une voiture…et je demande plus de discernement, la capacité de me rendre compte tout de suite quand j’ai une personne devant moi avec un besoin.  Je suis parfois lente à saisir l’occasion, et parfois trop « raisonnable? » Je veux garder mes yeux sur la récompense éternelle du verset 35.

 

Jennifer

 

 

 

V 31 : ce que vous voulez que les gens fassent pour vous, faites-le pareillement pour eux !

 

En parallèle à ce texte, j’ai lu ce matin Matthieu 25,31 à 46. C’est un texte qui parle du jugement des nations. Le critère de séparation est simple : il y a ceux qui, agissant par la motivation de l’amour, ont prouvé par les actes qu’ils sont sensibles aux besoins de leurs frères. Ils sont appelés les bénis du Père et peuvent recevoir en héritage le royaume. Puis il y a ceux qui ont fermé leur cœur aux besoins criants des autres. Ils sont appelés maudits et iront rejoindre le diable dans le feu éternel.

 

Jésus rappelle ici que quand nous refusons de donner à un frère, et que nous en avons le pouvoir, c’est à Lui que nous refusons le don. Nos frères dans le besoin, ce sont les frères persécutés, ceux qui vivent dans les pays pauvres, etc… Refuser de leur donner, être insensible à leurs souffrances, alors que nous en avons les moyens, c’est comme « cracher » sur Jésus.

 

Il n’y a rien de plus triste au monde qu’un chrétien qui ferme son cœur, qui ne sait pas donner et ouvrir sa main, qui veut tout garder pour lui. D’après Jésus, il ne fait pas partie de ceux qui seront bénis.

 

Nous sommes heureux en famille de parrainer Gessica, une petite malgache, de lui donner avec si peu de quoi à manger et un avenir. Je suis reconnaissant pour la course que l’on a faite pour le soutien aux frères persécutés. C’est à Jésus que l’on donne. Il le considère comme tel. Si on ne le fait pas quand on peux, qu’arrivera-t-il pour nous au jour où ce sera à nous d’être dans le besoin, la souffrance ou la persécution ?

 

Gilles

 

 

 

 

Evangile de Luc, chapitre 5

Qu’est qui m’a interpellé?

 

« Mais les Pharisiens et les maîtres de la loi critiquaient cela; ils dirent aux disciples de Jésus: « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec …les gens de mauvaise réputation? » Et Jésus leur répondit: « …Je ne suis pas venu appeler ceux qui s’estiment justes, mais ceux qui se savent pécheurs… »

 

Que voulaient-ils de Jésus?  Ces maîtres, que voulaient-ils que Jésus fasse au lieu de manger avec des pêcheurs? Manger et passer du temps avec eux? Non, ils voulaient murmurer, critiquer.

 

Une différence entre des Pharisiens et Co. et les pêcheurs est que les Pharisiens s’estiment justes.  Ce qui est faux.  Par contre, les pêcheurs savent qu’ils ne sont pas justes. Ce qui est vrai.

 

Une autre différence est que les pécheurs suivent Jésus (au moins, Lévi), et ils l’écoutent pour apprendre.  Par contre, les Pharisiens le suivent cherchant comment l’accuser, et trouver chez lui des fautes.

 

Une troisième différence est que Jésus est l’invité d’honneur (« Lévi lui donna un grand repas »). Si Jésus est allé manger chez les Pharisiens, eux auraient cherché la première place.  Les pécheurs lui donnaient la première place.

 

Une quatrième différence est que les pécheurs mangent avec Jésus mais les Pharisiens ne sont que des spectateurs.  Les Pharisiens ne feront pas partie du grand Festin de L’Agneau car ils pensent qu’ils n’ont pas besoin de Jésus.  Ceux qui pensent et agissent comme ça, n’iront pas au ciel.  Par contre, les pécheurs qui savent qu’ils sont « perdus », qui savent qu’ils sont pécheurs et qui font appel à Jésus, seront dans la présence de Dieu. Ils ne seront plus appelés « pécheurs », mais frères et soeurs.

 

Quel impact sur ma vie?

 

Quand je pense que je suis « juste », cela me mets dans la compagnie des Pharisiens.  Pendant le défi de 40 jours, j’ai vu la corruption, l’orgueil, la traîtrise de ces « maîtres de la loi ».  Je me rappelle que Jésus est venu pour les gens qui se savent pécheurs, qui se repentent, et je veux faire partie de ceux-là.  « I’d better chuck that pride ».  Je dois rejeter tout orgueil, toute fierté.  Je demanderai à Dieu de me montrer quand j’ai des pensées orgueilleuses.  Il est ma défense et ma justice.   Ce matin, je me trouvais en train de chanter la chanson ( en Anglais)  « Lord, I need you, Oh I need you, Every hour I need you, (you are) My one defense, (you are) My righteousness, O Lord how I need You ».  Tu es ma défense et ma justice, Oh j’ai besoin de Toi!

 

Gloria 

 

Evangile de Luc, chapitre 4

16 Jésus se rendit à Nazareth où il avait été élevé et, conformément à son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture,

[…]

22 Tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche et ils disaient: «N’est-ce pas le fils de Joseph?»

23 Jésus leur dit: «Vous allez sans doute me citer ce proverbe: ‘Médecin, guéris-toi toi-même’, et vous me direz: ‘Fais ici, dans ta patrie, tout ce que, à ce que nous avons appris, tu as fait à Capernaüm.’»

24 Il leur dit encore: «Je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est bien accueilli dans sa patrie.

[…]

28 Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu’ils entendirent ces paroles.

29 Ils se levèrent, le chassèrent de la ville et le menèrent jusqu’à un escarpement de la montagne sur laquelle leur ville était construite, afin de le précipiter dans le vide.

30 Mais Jésus passa au milieu d’eux et s’en alla.

Ce passage m’encourage. Je vois différentes choses.
D’un côté les gens entendent les grandes choses que Jésus fait, ils le voient et l’entendent. Et ils se rendent bien compte que Jésus est bien plus qu’ils ne pensaient : ils sont tous étonnés. Mais cela ne les empêche pas de se fâcher contre lui et de vouloir le tuer.
– Je ne dois pas m’attendre que tout le monde aime ce qu’on a à dire. Et même si les gens se rendent compte que les paroles sont pleines de grâce, cela ne veut pas dire qu’ils vont y croire.
– En même temps je dois toujours être vigilant de ne pas être de l’autre côté. Que j’entende Jésus me parler, (ou quelqu’un d’autres de la part de Dieu) mais que je me mets en colère contre celui-ci, au lieu d’écouter, de croire et d’obéir.
–> Je veux écouter ce que Dieu a à me dire (aussi à travers des personnes), même si cela ne me plait pas.

Une autre chose que je vois c’est comment Jésus parle. Il ne va pas essayer d’arrondir les angles, il ne va pas donner aux gens ce qu’ils veulent voir ou entendre. Il va tout simplement dire la vérité sur lui-même et aussi la vérité (moins gentille) sur les gens qui l’écoutent. Cela fait qu’il se met à dos beaucoup de gens, en plus des personnes qu’il connaissait depuis son enfance.
Mais il le fait quand même, parce qu’il a une mission à accomplir, il y a la vérité qui doit être annoncée.
–> Je veux annoncer la parole de Dieu, sans avoir peur des gens. Je veux dire la vérité (avec des paroles de grâce) même si cela ne vas pas être bien reçu. La mission est plus importante que ma réputation.

Raphaël

Evangile de Luc, chapitre 3

Seigneur, sur quoi puis-je méditer aujourd’hui?

 

Je suis contente que le chapitre du jour parle du baptême.  Puisque nous allons entouré Catherine, Julien, et Lycia aujourd’hui, entendre leur témoignage et nous réjouir avec eux pour ce pas de foi, je me pose plus sur le baptême que prêchait Jean-Baptiste.

 

Je remarque d’abord que Jean ne cajolait pas les gens.  Il était assez sévère dans ses paroles: « Espèces de vipères », par exemple!  Il leur a dit que ce n’était pas suffisant de « fuir la colère de Dieu », mais qu’il fallait « montrer plutôt par vos actes que vous avez changé »…et « tout arbre qui ne porte pas de bon fruit sera coupé »…  Et puis, il leur donne des exemples concrets d’actions qui montrent le changement intérieur:  « Si quelqu’un a deux chemises (alors pas trop riche) qu’il en donne une à celui qui n’en a pas ».

 

Jean donnait des exemples concrets selon les gens devant lui.

– habiller et donner à manger à ceux qui n’ont RIEN.

-n’extorquer d’argent à personne

-ne dénoncer personne à tort

-contentez-vous de votre solde

 

Que ferais-je suite à ce que j’ai lu et vu?

 

++J’ai plus de 2 chemises.  Je vais travailler la notion de générosité dans ma vie.

++Je vais aussi continuer à écouter et a chercher les actions plutôt concrètes pendant ce défi.  Je peux plus facilement lire simplement que de m’efforcer de réfléchir et écouter.

Jennifer

 

Luc 3:23-38

 

Cette généalogie nous parle de la fidélité de Dieu. Adam, le dernier de cette généalogie, est celui à qui Dieu a fait la promesse de la venue de Jésus (Gen 3:15). Pendant des générations, ils ont attendus le Messie mais Dieu accomplissait son plan et est resté fidèle à sa promesse même après toutes ces années. Ce passage doit nous pousser à nous confier en Dieu, en ses promesses qu’il accomplira en son temps et, ce dimanche, nous avons pu admirer la fidélité de Dieu dans les vies de Lycia, Julien et Catherine. Lui qui a promis que beaucoup serait justifié par Jésus (Es 53:11) les a justifiés. Lui qui nous promet dans ce passage qu’il « rassemblera le blé dans son grenier » (Luc 3:17) nous rassemblera à son retour. Que notre foi dans les fidèles promesses de Dieu nous pousse à le prier, à s’attendre à Lui et à l’attendre Lui-même lors de son Retour par des vies saintes et pures. C’est ma prière pour les nouveaux baptisés et pour vous tous.

Maxime