Evangile de Marc, chapitre 7

Mc 7 :10 Les commandements ont pour but d’enseigner l’amour de leur objet. Si le commandement existe c’est que l’humain n’a pas pour nature l’amour inconditionnel en tous points.

 

Les pharisiens par leur attitude prouvent qu’ils détournent le commandement pour faire de la religion un vêtement d’apparence et un outil de domination envers le peuple.

 

Mc 7 :14-23 Je me méfie de moi-même quant à la pratique de ma foi et vérifie si dans mes attitudes je ne tente pas de manipuler Dieu ou mon prochain. Combien de fois ai-je prié en tentant de manière inconsciente à incliner le cœur de Dieu pour des choses que je n’arrive pas à obtenir par mes propres forces ou par ma propre volonté ? Alors même que je me rends compte de la manipulation avec le recul, le fait de me l’avouer puis de l’avouer à Dieu est là aussi une manipulation. N’y a-t-il pas dans l’aveu l’idée de : « puisqu’il a avoué, je vais l’exaucer » ?

 

En définitive, je comprends que seule la grâce de Dieu est salvatrice et que ni mon attitude, ni mes prières, ni ma religion, n’y changeront quoi que ce soit. Il n’en demeure pas moins que le « service » envers Dieu et le prochain n’est pas une option. Car l’acte vient d’un cœur qui déborde.

 

Le fruit du silence est la prière, le fruit de la prière est la foi, le fruit de la foi est l’amour, le fruit de l’amour est le service, le fruit du service est la paix.

Une albanaise.

Geoffroy

 

Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,  les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie : Marc 7,21-22

On raconte l’histoire d’un homme qui aimait la science et était fasciné par le monde microscopique. Un jour, il fit l’acquisition d’un puissant microscope. Il était ravi de passer des heures à observer toutes sortes de choses sous l’œil puissant de son appareil et examinait tout ce qu’il pouvait.

Alors qu’il s’apprêtait à manger son repas préféré, il examina sa nourriture avec le microscope et, à son plus grand dégoût, il s’aperçut que dans sa nourriture il y avait de minuscules petites créatures qui grouillaient par milliers. Il ne voulut pas en savoir davantage de peur de devoir renoncer à son plat favori. Après avoir mangé, il alla détruire le microscope et tenta d’oublier ce qu’il avait.

C’est ainsi que plusieurs agissent avec la Bible. Ils la trouvent merveilleuse jusqu’au jour où elle leur renvoie une image de leur propre cœur qu’ils ne veulent pas voir !

D’après Pascal Denault

Suis-je prêt à ce que mon cœur soit mis à nu par la Parole… ou d’autres moyens que le Seigneur trouvera bon d’utiliser ?

 

Gilles

Publicités